Les Thérapies cognitivo-comportementales ou TCC

Les thérapies cognitivo-comportementales ou TCC regroupent un ensemble de techniques thérapeutiques pour des troubles psychologiques et médicaux comme les troubles anxieux, les dépressions, les addictions, le stress chronique, les troubles du sommeil, les difficultés sexuelles, les troubles du comportement alimentaire, l’obésité, les acouphènes ou les douleurs chroniques. Mais aussi les troubles relationnels, professionnels, conjugaux et familiaux.

Chez l’enfant, elles sont indiquées dans l’anxiété de séparation, les phobies, la phobie scolaire, la timidité excessive, les troubles du sommeil, l’hyperactivité, le trouble oppositionnel .

Les TCC conviennent à toute personne en souffrance, enfant, adolescent, adulte, désireuse de retrouver un mode de vie plus en adéquation avec les exigences de la réalité, et suffisamment motivée pour s’investir en tant qu’acteur dans un programme de soin permettant d’endiguer ses difficultés.

Les TCC ont pour particularité de s’attaquer aux difficultés du patient dans « l’ici et maintenant » par des exercices pratiques centrés sur ses symptômes.

Les TCC sont des thérapies actives : le psychothérapeute échange avec le patient, le renseigne, lui propose des techniques, astuces, etc.
Le style de thérapie est direct et collaboratif. Le patient, avec le thérapeute, cherche à comprendre son fonctionnement pathologique en prenant en compte ses causes historiques. Les objectifs de la thérapie et les moyens thérapeutiques sont définis en collaboration avec le patient.

Le thérapeute propose des exercices qui ciblent les pensées inadaptées et irréalistes en apprenant à les modifier, à construire et à stabiliser de nouvelles façons de penser plus adaptées (thérapie cognitive) , des exercices émotionnels qui développent l’acceptation et la conscience des différentes émotions pour apprendre à mieux les réguler, enfin, des exercices corporels, qui cherchent l’apprentissage de la détente physique et psychologique.

La thérapie comportementale vise à la compréhension des comportements problèmes et à l’apprentissage de nouveaux comportements plus adaptés.
Les TCC sont des protocoles de soins dont l’efficacité est prouvée scientifiquement et les progrès du patient sont évalués.
Les Thérapies Comportementales et Cognitives sont une spécialité de haut niveau qui nécessite une formation reconnue de deux à trois ans à la suite d’une formation universitaire initiale en psychologie ou en médecine.

Ci dessous,  ce qu’en dit PSYCHOM, organisme public d’information, de communication et de formation en santé mentale.
En partenariat avec l’ARS, (35, rue de la Gare 75935 Paris Cedex 19, www.ars.iledefrance.sante.fr) il permet de mieux faire connaître la santé mentale aux franciliens.
® PSYCOM 09/2013 – Création graphique : Keep Moving.
1, rue Cabanis – 75674 Paris Cedex 14
facebook.com/psycom.org
contact@psycom.org
www.psycom.org

Qu’est-ce que la TCC ?
C’est une thérapie brève, validée scientifiquement, qui vise à remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés par des pensées et des réactions en adéquation
avec la réalité.
La TCC aide à progressivement dépasser les symptômes invalidants, tels que : les rites et vérifications, le stress, les évitements et les inhibitions, les réactions agressives, ou la
détresse à l’origine de souffrance psychique.
Pour quels types de troubles ?
« Les TCC ont été largement étudiées dans les troubles anxieux. Leur efficacité est la mieux établie, en association ou non au traitement
médicamenteux, dans le trouble panique et dans le trouble anxieux généralisé. Elles sont également efficaces dans l’état de stress post-traumatique, dans les troubles obsessionnels compulsifs, dans les phobies sociales et diverses phobies spécifiques.
D’après une étude contrôlée, les psychothérapies brèves sont efficaces dans le traitement du trouble panique en association avec un antidépresseur pour prévenir les rechutes. Elles pourraient être également efficaces dans l’état de stress post-traumatique, et n’ont pas été étudiées dans d’autres troubles anxieux.» (1)

La TCC est également efficace dans le traitement de troubles dépressifs, tels que les états dysthymiques et les états dépressifs majeurs.

Les troubles du sommeil, les états de dépendances (conduites addictives), certains aspects des troubles psychotiques, les troubles alimentaires ainsi que des troubles fonctionnels
rencontrés en médecine peuvent aussi être traités par la thérapie comportementale et cognitive.
Lorsque le trouble s’avère particulièrement sévère, la thérapie peut être combinée à un traitement médicamenteux, comme support transitoire et limité dans le temps.
Bien adaptée aux enfants, la TCC répond avec satisfaction aux problèmes d’énurésie, de phobie scolaire, aux troubles oppositionnels et de conduite, aux troubles déficitaires
et de l’attention (hyperactivité).

Qui sont les thérapeutes ?

Les thérapeutes cognitivo-comportementalistes sont des professionnels de santé, médecins, psychiatres ou psychologues. Ils se sont formés à la pratique de la TCC,
après leurs études universitaires de base. Ils exercent généralement en hôpital, en Centre Médico-Psychologique (CMP) ou en activité libérale.
Où trouver ces thérapeutes ?
Il est recommandé de choisir un(e) psychothérapeute après s’être informé auprès de son médecin traitant ou de ses proches et de s’être renseigné sur la technique proposée par le thérapeute. L’engagement dans la relation thérapeutique doit être basé sur un sentiment de confiance.

Objectifs de la TCC

Aider la personne à trouver – ou retrouver – son autonomie et des relations interpersonnelles plus faciles. Pour ce faire, la TCC cible les objectifs suivants :

  • s’affirmer, en se confrontant aux situations stressantes par une habituation progressive,
  • endiguer de façon pragmatique le symptôme sous ses multiples formes, en modifiant les a priori et les idées obsédantes véhiculées par l’anxiété,
  •   travailler à la restauration revalorisante de sa propre image, en reconsidérant ses réelles qualités et potentialités,
  • lutter contre les conflits internes et les croyances anxiogènes (sources d’anxiété),
  •   chercher des moyens alternatifs, qui permettent d’identifier et de corriger les pensées automatiques.

 Méthode
La TCC est basée sur la correction des pensées (ou cognitions) négatives et l’apprentissage de comportements nouveaux et adaptés. Les idées fausses par rapport aux aptitudes réelles de la personne induisent souvent des conduites d’évitements, de passivité, qui empêchent le contrôle des actions et peuvent aboutir à un état dépressif ou aggraver un état psychotique.
Dans la majorité des cas, ces émotions pénibles et leurs cortèges de répercussions, ne peuvent disparaître spontanément et durent parfois toute une vie.

En résumé, la thérapie cognitivo-comportementale aide la personne à mieux comprendre les schémas de pensées négatives à l’origine de la détresse psychique.

Pour en comprendre les causes, et les modifier, la TCC s’appuie sur une relation thérapeutique de collaboration (l’alliance thérapeutique) et sur la motivation fondée sur les résultats.
Ces deux éléments engagent la personne à apprendre des moyens de remplacer le comportement indésirable, par des conduites plus en conformité avec la réalité.

Selon les indications thérapeutiques, ou les préférences de la personne, la TCC se réalise avec un thérapeute en individuel
ou en groupe.

Ce dernier type de thérapie semble obtenir de bons résultats à long terme grâce à sa plus grande capacité à provoquer des changements cognitifs entre les différents participants.

Première consultation
Lors de la première rencontre, le thérapeute cible le trouble et explique son diagnostic. En fonction du problème à traiter, de sa complexité et du but à atteindre, le thérapeute définit,
avec la personne, les objectifs thérapeutiques spécifiques.
Il travaille sur le symptôme, ses antécédents et ses conséquences, mais sans forcément reprendre toute l’histoire de la personne.
Exercices
Lors de ce travail en commun, la personne apprend à observer, analyser, objectiver ses problèmes et leurs retentissements, pour concevoir et construire des comportements alternatifs, qui ne déforment plus la réalité. Ces comportements nouveaux s’acquièrent par le biais d’exercices faits au rythme de chaque individu. Ils se font d’abord par imagination, puis concrètement sous forme de mise en situation de tâches habituellement déstabilisantes et difficiles.
Constamment guidée, informée, encouragée, la personne fait ces exercices, pendant et entre les séances. C’est ainsi qu’elle élabore de nouvelles cognitions et des conduites plus appropriées.

 Evaluation
Régulièrement évalués et réajustés durant toute la durée de la thérapie, les exercices aident à mieux maîtriser les émotions douloureuses et limitent les pensées anxiogènes ou dépressives. Par ce travail, les symptômes sont progressivement maîtrisés.
Par l’allégement des tensions internes, les problématiques sont affrontées avec moins d’appréhension et plus de savoir-faire.
Durée du traitement
Avec des résultats globalement très satisfaisants et concrets dans le traitement de nombreux troubles, la TCC est une thérapie brève
allant généralement de quelques semaines à quelques mois.
Néanmoins, il est parfois nécessaire, en fonction de l’ancienneté et de la gravité du trouble, de prolonger la durée de la thérapie sur des périodes définies en commun, lorsqu’un suivi de prise en charge s’avère indispensable.

La durée des séances est de 30 min à 1 h en thérapie individuelle, et de 2 h à 2h30 en groupe, à raison d’une
séance par semaine dans les deux cas, quand cela est possible.

Où s’adresser ?

Association francophone de formation et de recherche en thérapie comportementale
et cognitive – AFFORTHECC
10, avenue Gantin – 74150 Rumilly
Tél. 04 50 64 51 75
afforthec@wanadoo.fr
www.afforthecc.org
(annuaires des membres actifs)

Association française de thérapie
comportementale et cognitive – AFTCC
27, rue de la Saïda – 75015 Paris
Tél. 01 45 88 35 28
aftcc@wanadoo.fr
www.aftcc.org
(annuaires des membres actifs)

Médecin généraliste
Il est conseillé de demander l’avis de son médecin généraliste, qui peut, le cas échéant, orienter vers un spécialiste ou une consultation spécialisée.

Centres médico-psychologiques (CMP)
Les services de psychiatrie publique proposent des consultations et des prises en charge pour tous les troubles psychiques.
Les consultations sont prises en charge par la Sécurité Sociale.
Se renseigner auprès du CMP le plus proche du domicile.

Associations de psychothérapeutes professionnels
Renseignent sur les psychothérapies, la formation de leurs membres et les adresses de leurs membres assurant des consultations privées.
Liste non exhaustive.

Associations de patients et de proches
Regroupent des personnes souffrant de troubles psychiques et proposent des groupes de paroles, des lignes d’écoute téléphonique, des conseils et de l’entraide. Liste non exhaustive.

Advocacy France
5, place des Fêtes – 75019 Paris
Tél. 02 97 53 84 58 ou
06 33 13 73 38
siege@advocacy.fr
www.advocacy.fr

Argos 2001
119, rue des Pyrénées – 75020 Paris
Tél. 01 46 28 01 03 ou
01 46 28 00 20
argos.2001@free.fr
www.argos2001.fr

Association française des personnes souffrant de troubles obsessionnels et compulsifs (AFTOC)
71bis, rue de la République –
38450 Vif
Tél. 01 39 56 67 22
tociledefrance@wanadoo.fr
www.aftoc.org

Fédération Nationale des associations d’usagers en psychiatrie (FNAPsy)
33, rue Daviel – 75013 Paris
Tél. 01 43 64 85 42
Fax 01 42 73 90 21
www.fnapsy.org

France Dépression
4, rue Vigée Lebrun – 75015 Paris
Tél. 01 40 61 05 66
info@france-depression.org
www.france-depression.org

MEDIAGORA Paris
Phobies et anxiété.
Maison des Associations –
Boîte N°37. 60-62, rue St André
des Arts – 75006 Paris
mediagora@free.fr
www.mediagora.free.fr/

Schizo ? Oui !
54, rue Vergniaud – Bat D. –
75013 Paris
Tél. 01 45 89 49 44
contactschizo@free.fr
www.schizo-oui.com

Union nationale des amis et familles de malades et/ou handicapés psychiques (UNAFAM)
12, Villa Compoint – 75017 Paris
Tél. 01 53 06 30 43 –
Fax 01 42 63 44 00 –
écoute famille 01 42 63 03 03
infos@unafam.org – www.unafam.org

Pour en savoir plus
Brochures Psycom : Les troubles psychiques, les différentes psychothérapies,
les médicaments psychotropes et les droits et devoirs des usagers,
téléchargeables sur www.psycom.org

Techniques psychothérapiques
Recherches fondées sur les pratiques psychothérapiques.
www.techniques-psychotherapiques.org

Miviludes Guide Santé et dérives sectaires, Mission interministérielle de vigilance et de lutte
contre les dérives sectaires (Miviludes), www.miviludes.gouv.fr

LECTURES
• Les thérapies comportementales et cognitives, Jean Cottraux, Eds Masson, 2011.
• Je dépasse mes peurs et mes angoisses, Christophe André et Muzo, Eds Points
2010.
• TCC chez l’enfant et l’adolescent, Luis Véra, EDS Masson, 2009.
• Guide clinique de thérapie comportementale et cognitive, Ovide Fontaine, Retz,
2007.
• Les thérapies comportementales et cognitives : se libérer des troubles psy,
Jean-Louis Monestès, Claudine Boyer, Les essentiels Milan, 2007.
• Petit ou grand anxieux, Alain Braconnier, Eds Odile Jacob Poches, 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *